A la uneMonde

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance pour la région MENA

Le Fonds monétaire international (FMI) vient d’abaisser ses prévisions de croissance pour les économies du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) à 2,9 % pour 2024, soit moins de 0,5 % par rapport à ses attentes publiées en octobre dernier.

Le Fonds a déclaré, dans son rapport sur les perspectives économiques régionales publié en janvier, que la réduction des attentes de croissance pour le Moyen-Orient en 2024 est due aux effets de la guerre à Gaza et aux réductions de la production pétrolière, ajoutant que la guerre constituait un choc pour le monde et les économies de la région, car les évolutions négatives qui l’accompagnent conduiront inévitablement à un affaiblissement de la croissance économique.

Le Fonds a maintenu ses prévisions selon lesquelles la croissance des économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord s’accélérerait en 2025 pour atteindre 4,2 %.

Le rapport révèle que la guerre à Gaza jette une ombre négative sur la région, provoque d’énormes souffrances humaines et exacerbe un environnement déjà difficile dans les économies voisines et au-delà. Elle a également un impact direct sur le secteur du tourisme dans les pays voisins, en particulier au Liban et en Jordanie.

Le Fonds a souligné que les perturbations en mer Rouge suscitent des inquiétudes sur le commerce mondial et les coûts de transport, en plus de l’augmentation à court terme des prix du pétrole qui les a entraînées. Les catastrophes naturelles telles que les inondations en Libye et le tremblement de terre au Maroc ont été dévastatrices en termes d’impacts humains et matériels dans un contexte de défis existants et d’incertitude croissante.

Il a également souligné l’impact négatif des réductions de pétrole sur les économies du Moyen-Orient, même avec la croissance du secteur non pétrolier. Le Fonds a abaissé ses prévisions de croissance pour les pays exportateurs de pétrole de la région à 3,1 % en 2024, contre 3,4 %, contre 2 % l’année dernière, avec une accélération à 4,1 % en 2025.

M.H.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer