A la uneMonde

Covid 19 : Pfizer et BioNTech dominent les ventes de vaccin au niveau mondial

Les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech sont les grands gagnants, par leur chiffres d’affaires, de la vente de vaccins au niveau mondial. Ce sont les premiers à avoir été autorisés dans l’Union européenne et aux Etats-Unis. Le BNT162b2, premier vaccin anti-Covid autorisé dans l’Union européenne et aux Etats-Unis et développé par le groupe pharmaceutique américain Pfizer et le laboratoire allemand BioNTech, a permis aux deux associés de réaliser près de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires au premier semestre 2021.

Le vaccin a ainsi rapporté 10,8 milliards de dollars (environ 9,2 milliards d’euros) à Pfizer, ce qui place le laboratoire à américain à la première place mondiale pour les recettes tirées d’un vaccin contre le Covid-19. Lors de la présentation de ses résultats pour le second trimestre 2021, le 28 juillet à New York, le groupe pharmaceutique a annoncé qu’il anticipait 33,5 milliards de dollars (28,5 milliards d’euros) de ventes de son vaccin pour l’ensemble de l’année, sur la base d’une hypothèse de 2,1 milliards de doses administrées pendant cette période. Son partenaire BioNTech a enregistré 7,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires au premier semestre, (constitué uniquement des recettes issues de la vente du BNT162b2, contrairement à Pfizer qui produit d’autres vaccins). Pour tout 2021, BioNTech estime que ses ventes de vaccins anti-Covid 19 représenteront 15,9 milliards d’euros.

Le laboratoire américain Moderna qui a, comme Pfizer/BioNTech développé un vaccin à ARN messager, parmi les premiers approuvés dans le monde occidental, et qui comme BioNTech ne produit aucun autre vaccin, a réalisé près de 5,9 milliards de dollars (cinq milliards d’euros) de chiffre d’affaires. Pour l’ensemble de l’année Moderna anticipe 20 milliards de dollars de revenus. L’anglo-suédois AstraZeneca et l’américain Johnson & Johnson, via sa filiale belge Janssen, ont aussi vu leurs vaccins approuvés dans l’UE, mais plus tardivement. Ils reposent, eux, sur un vecteur viral. Celui d’AstraZeneca n’est d’ailleurs même pas approuvé aux Etats-Unis, bien qu’il joue un rôle important dans d’autres pays comme l’Inde.

Surtout, ces deux groupes ont promis de vendre leurs vaccins sans faire de bénéfice le temps de la pandémie. Les prix de commercialisation sont donc bien plus faibles que ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna. Et les montants engrangés s’en ressentent. AstraZeneca a annoncé 1,17 milliard de dollars (un milliard d’euros) de revenus tirés de son vaccin au premier semestre et Johnson & Johnson 264 millions de dollars (225 millions d’euros) pour le sien, approuvé plus tard. Pour l’ensemble de l’année, Johnson & Johnson compte vendre pour 2,5 milliards de dollars de son vaccin. AstraZeneca n’a pour sa part pas donné de prévision détaillée.

(Agences)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer