A la uneMonde

Europe : un embargo sur le gaz russe coûterait cher à l’Allemagne, prévient la Bundesbank

Un embargo européen immédiat sur le gaz russe pourrait coûter à l’Allemagne, fortement dépendante de cette ressource, jusqu’à 5% de son PIB cette année, selon une estimation publiée par la banque centrale allemande ce vendredi.

« Le PIB réel de l’Allemagne pourrait être jusqu’à 5% inférieur aux prévisions » en cas d’arrêt, volontaire ou subi, des importations de gaz russe, a détaillé la Bundesbank dans son rapport économique mensuel d’avril.

Cela équivaudrait à un manque à gagner de « 180 milliards d’euros » pour la production nationale, a-t-elle ajouté.

Dans un tel scénario, l’économie allemande pourrait enregistrer dans une récession de 2% cette année, estime l’étude.

L’inflation, déjà galopante dans le pays, pourrait gagner « 1,5 point en 2022 », et « 2 points en 2023 », par rapport à un scénario sans embargo, selon l’institution.

Un embargo sur le gaz russe fait l’objet d’âpres discussions entre les États membres de l’UE, depuis l’invasion fin février de l’Ukraine par Moscou, qui tire l’essentiel de ses ressources des ventes d’hydrocarbures.

Le gouvernement allemand d’Olaf Scholz est l’un des principaux opposants à un arrêt immédiat des importations, estimant qu’il en va de la paix économique et sociale dans le pays, avec des conséquences sur les autres économies de l’UE.

Ce refus suscite l’irritation de Kiev et de plusieurs gouvernements européens.

L’Allemagne, et particulièrement son industrie, est particulièrement dépendant de cette ressource, qui représentait, avant le conflit, 55% du total de ses importations de gaz.

« Je ne vois pas du tout comment un embargo sur le gaz peut mettre fin à la guerre », a répété vendredi le chancelier allemand Olaf Scholz, lors d’une interview à l’hebdomadaire Der Spiegel.

« Nous voulons éviter une crise économique dramatique, la perte de millions d’emplois et d’usines qui ne seraient plus jamais ouvertes », a-t-il ajouté.

L’Allemagne a cependant déjà réduit ses importations russes, au premier trimestre 2022, à 40% du total, en multipliant les démarches pour trouver d’autres fournisseurs, comme le Qatar ou les États-Unis.

Le pays a par ailleurs débloqué récemment une enveloppe de trois milliards d’euros pour se doter de terminaux flottants d’importants de gaz naturel liquéfié (GNL), ce dont il ne dispose pas pour le moment.

L’Allemagne n’envisage toutefois pas pouvoir se passer de gaz russe avant mi-2024, selon le gouvernement.

(Agences)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer