A la uneEntreprises

Le projet de trituration de graines oléagineuses de Jijel débutera la production en juin prochain

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée mercredi, que le projet de trituration de graines oléagineuses (Kotama) à Jijel entrera en phase de production effective en juin prochain, ce qui constituera une plus-value importante pour les capacités de production nationale et l’approvisionnement du marché en huile, indique un communiqué du Conseil des ministres.

Après avoir suivi un exposé présenté par le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique sur le taux d’avancement du projet de trituration de graines oléagineuses (Kotama) à Jijel, le Président Tebboune a souligné que « ce projet pour lequel l’Etat a consenti de grands efforts, entrera en phase de production effective en juin prochain, ce qui constituera une plus-value importante pour les capacités de production nationale et l’approvisionnement du marché en huile », précise le communiqué.

Le président de la République a instruit à l’effet de coordonner entre tous les secteurs gouvernementaux et élaborer une vision cohérente pour l’exploitation des résidus des graines oléagineuses dans la production de fourrage, en accordant la priorité à l’Office national des aliments de bétail (ONAB) et aux coopératives privées dans la wilaya de Jijel.

Il a, en outre, ordonné de mettre en place des fermes pilotes pour la culture des graines oléagineuses, afin de contrôler l’ensemble de la chaîne de production, de la ferme au consommateur, dans le cadre de la stratégie de sécurité alimentaire.

Concernant le volet agricole dudit projet, le Président Tebboune a enjoint au ministre en charge du secteur d’élaborer « une nouvelle vision » sur les fermes pilotes qui soit en droite ligne de l’orientation du pays vers la modernisation, visant à créer une intégration et une complémentarité entre l’Agriculture, l’Industrie et l’ensemble des secteurs du Gouvernement ».

Le président de la République a, également, souligné que toutes ces procédures vont dans le sens de la garantie de la sécurité alimentaire en s’appuyant sur les capacités nationales, en vue de réduire l’importation et limiter le recours abusif aux devises.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer