A la uneEnergie

La production primaire d’hydrocarbures a atteint 194 millions de tonnes équivalents pétrole (MTEP) en 2023

L’Algérie a réalisé une production primaire d’hydrocarbures de 194 millions de tonnes équivalents pétrole (MTEP) en 2023, avec une hausse de la production de gaz naturel à la faveur de la mise en production de nouveaux gisements, alors que les exportations ont atteint 97 MTEP (+3,5% par rapport à 2022), a indiqué ce mardi à l’agence publique APS un responsable au ministère de l’Energie et des Mines.

« La production primaire d’hydrocarbures a connu une hausse moyenne de près de 1% sur la période 2019-2023, pour s’établir à 194 MTEP à fin 2023 », a déclaré Medjelled Miloud, Directeur général de la Prospective au ministère.

Le gaz naturel « représente en moyenne deux tiers de cette production, passant de 127 milliards m3 en 2019 à plus de 136 milliards m3 à fin 2023, soit une hausse annuelle moyenne de 2% sur la période, à la faveur de la mise en production de nouveaux gisements », a-t-il détaillé.

Les exportations d’hydrocarbures ont atteint près de 97 MTEP en 2023, contre 93,5 MTEP en 2022, soit une hausse de 3,5%, a-t-il ajouté, précisant que le gaz naturel représentait plus de 50% des volumes exportés.

Pour le moyen terme, la production primaire des hydrocarbures « connaitra une hausse moyenne de 1,3% pour s’établir à 207 MTEP en 2028 », selon le même responsable.

L’augmentation de la production résulte, explique-t-il, essentiellement de l’apport des nouveaux projets qui viennent compenser la baisse des profils des gisements en exploitation. Les nouveaux apports sur la période 2024-2028 « sont évalués à près de 22,5 MTEP ».

Concernant la production du gaz naturel, elle évoluera annuellement de 1,4% pour atteindre 146,7 milliards de m3 en 2028, a-t-il encore précisé.

A l’origine de cette croissance, la mise en service de nouveaux gisements sur la période 2024-2028, d’un apport additionnel de 16,3 milliards de m3, ainsi que le boosting de Hassi R’Mel et le développement de Touat « qui permettront le maintien d’un plateau de production global de plus de 130 milliards de m3 par an sur la période », a-t-il avancé.

Et dans la perspective d’assurer la sécurité de ses approvisionnements et augmenter la production, notamment gazière, le secteur a préconisé plusieurs mesures, a souligné le même responsable.

Il a notamment cité, à ce titre, la promotion du domaine minier national (attractivité des IDE et simplification des procédures et climat des affaires), le renforcement des efforts dans le domaine de l’Exploration & Production, la finalisation des projets en voie de développement, l’augmentation du taux de récupération du pétrole et du gaz ainsi que la diversification du mix énergétique.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer