A la uneMonde

Egypte : plus besoin d’importer le sucre, le pays deviendra exportateur en 2022

Un responsable du ministère de l’Agriculture a déclaré à l’agence « Reuters » aujourd’hui, samedi, que la production égyptienne de sucre dépassait les trois millions de tonnes cette saison, en raison de l’augmentation des superficies cultivées en betterave sucrière par rapport à l’année précédente.

Mustafa Abdel-Gawad, chef du Conseil des cultures sucrières, a ajouté que l’Egypte n’importera pas de sucre cette année et que d’ici la fin de l’année prochaine, l’Egypte deviendra l’un des pays exportateurs de sucre.

Le ministère égyptien de l’Approvisionnement avait déclaré en août dernier que le pays avait atteint l’autosuffisance en sucre à 89 %, après avoir augmenté la culture de la canne et des betteraves, soulignant qu’il disposait de réserves stratégiques suffisantes jusqu’à la prochaine saison.

La production moyenne de sucre en Égypte au cours des dernières années était d’environ 2,5 millions de tonnes de sucre par an, tandis que la consommation locale est de 3,3 millions de tonnes.

En ce début d’année, l’Egypte a assisté à l’inauguration d’une phase pilote de production de sucre de betterave avec la plus grande usine de ce type au monde.

Islam Salem, PDG et directeur général de l’Egyptian Canal Sugar Company, la plus grande usine de sucre de betterave au monde, a déclaré dans des déclarations précédentes que l’usine avait commencé la phase de production expérimentale et avait commencé la production commerciale au cours du premier semestre de cette année.

Il s’attend à ce que la part de l’usine, située à l’ouest de Minya dans le sud de l’Égypte, atteigne le marché local du sucre entre 30 et 35% lorsqu’elle atteindra la capacité maximale d’environ un million de tonnes par an.

La valeur du projet « Canal Sugar » est estimée à environ un milliard de dollars, et il est détenu à 70 % par l’homme d’affaires émirati Jamal Al Ghurair, directeur général de la Gulf Sugar Company, et d’autres investisseurs aux Émirats arabes unis, tandis que l’égyptien Al- Ahly Capital détient les 30 % restants.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer