A la uneActualité

Dossier : L’Investissement touristique dans la wilaya de Sétif s’offre 47 nouveaux projets

L’investissement considérable consenti par le privé a contribué grandement à renforcer le parc hôtelier. L’encouragement et l’accompagnent des autorités locales dont la direction du tourisme a porté  ses fruits.   

Après plus d’un an et demi d’inertie dans le domaine touristique  pour cause de pandémie due à la Covid 19, la vie reprend ses droits dans la wilaya de Sétif où l’on note un réel regain d’activité avec la reprise , également,  des travaux pour la concrétisation de 47  nouveaux projets touristiques à raison de 16 , 5 milliards de DA qui donneront lieu à 1734 nouveaux postes d’emplois. Ces nouveaux projets réalisables à l’horizon 2025, selon les affirmations de Kamel Tighezza, directeur du Tourisme de la wilaya de Sétif, vont engendrer une capacité d’accueil de 5400 lits qui va renforcer  le parc hôtelier existant qui compte déjà 6500 lits portant Sétif à la 3eme position au niveau national en termes de capacité d’accueil. « Le developpement des établissements hôteliers se fait selon les normes internationales. Hormis le thermalisme qui est le produit phare de la wilaya nous comptons des projets avec de nouveaux segments à savoir le tourisme de montagne et le tourisme d’affaires » a-t-il précisé.  La ville de Sétif en tant que chef lieu de wilaya déjà dotée d’assez d’infrastructures profitera seulement de trois nouveaux projets alors que les autres concerneront équitablement Ain Oulmane, Hammam Esoukhna, Ouled Tebban, hammam Guergour, Ain Kbira et Béni Aziz et Ain Arnat .Abordant les facilités et les mesures incitatives Tighezza notera : « Si on doit parler de facilitations ou de mesures incitatives, il faut savoir que ca peut être au cas par cas car les besoins sont  différents. Certains investisseurs n’ont pas besoin de crédit bancaire mais plutôt d’un terrain et parfois c’est l’inverse comme il peut s’agir uniquement  de facilitations au niveau des formalités administratives  (permis de construire, autorisations etc.). Je peux dire aussi que les banques ici sont plutôt réceptives car elles sont en contact permanent avec la direction du tourisme qui leur fourni toutes les données nécessaires à même de leur permettre d’évaluer correctement une étude de projet et trancher la question de la rentabilité ou non d’un projet.

Le privé à la rescousse

La wilaya de Sétif abrite actuellement 88 hôtels d’une capacité de 6500 lits. Il faut savoir que  les prévisions du SDAT (schéma directeur de l’Aménagement touristique) qui sont à l’horizon 2030 tablent sur la realisation de 12 000 lits. La wilaya de Sétif va atteindre cet objectif bien avant l’échéance prévue avec les 47 projets en cours. L’année en cours a vu l’entrée en exploitation de quatre établissements alors que 2022 verra la concrétisation de pas moins de dix projets et la totalité  sera livrée au plus tard en 2025. Les pôles qui abritent le thermalisme sont hammam Esoukhna, Ouled Tebban, El Hama et en plus de sept complexes thermaux  privés qui sont classés et font la fierté de la région en plus de hammam Guergour qui appartient à l’EGT de Sétif (établissement étatique) sans omettre de citer deux autres complexes dont l’un à Hammam Esoukhna et l’autre à Ouled Tebban qui devront s’achever trés prochainement. « La contribution du privé a été salvatrice créant une véritable dynamique en termes de capacités d’accueil. Reste à améliorer les services et mettre en valeur ces efforts notamment sur le plan de la formation mais encore plus sur la promotion qui fait défaut » confie Kamel Tighezza ajoutant : «  S’il existe une véritable dynamique dans le secteur c’est parce que l’administration adhère complètement aux attentes des investisseurs et les accompagne du début à la fin et parfois même après». Résultat des courses, Setif a enregistré une forte fréquentation des curistes et la tendance s’est  confirmé atteignant le million en 2019. Les 88 établissements hôteliers existant font travailler 1800 personnes de façon permanente atteignant les 3000 en haute saison (apport des saisonniers). Des chiffres qui augurent un bel avenir touristique pour la capitale des hauts plateaux qui détient plus d’un fil à son arc.

Dossier réalisé par N.S

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer