A la uneFinance

Benabderrahmane : « l’Algérie ne supportera plus les grands transferts de bénéfices de certaines sociétés installées dans le pays »

« Nous sommes en passe de remédier aux lacunes relevées dans la réglementation de change », annonce, ce mardi, le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane qui répondait aux interrogations des ambassadeurs lors de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, organisée au Palais des Nations au Club des Pins (Alger).

« Le Directeur général du change au niveau de la Banque d’Algérie sera présent mercredi, au dernier jour des travaux de la conférence, et vous aurez l’occasion d’aborder avec lui les aspects techniques et pratiques des différentes mesures en place et celles qui seront prises pour faciliter les opérations d’exportation et d’importation », dira le Premier ministre.

Quant à l’approche relative aux investissements en Algérie, le Premier ministre a souligné qu’elle reposait sur le principe « gagnant-gagnant », rappelant que la loi sur l’investissement sera prochainement présentée au Parlement pour adoption.

« Désormais, l’Algérie ne supportera plus les grands transferts de bénéfices de certaines sociétés installées en Algérie, qui ont investi entre 50 et 60 millions de dollars, alors qu’elles effectuent des transferts de plus de 200, voire 250 millions de dollars par an », a indiqué M. Benabderrahmane.

Dans ce contexte, le Premier ministre a souligné « la nécessité de définir une approche qui fera de l’Algérie un marché qui puisse permettre aux grandes sociétés d’accéder à de nouveaux marchés, notamment dans le cadre des accords de partenariat signés avec des pays européens, africains et arabes ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer