A la uneActualité

Wilaya d’Alger : Nouveau plan de rationnement en eau potable à partir de demain

«57 communes de la wilaya d’Alger seront classées en trois catégories et chacune d’elles se verra appliquer un système d’approvisionnement en eau différent » a révélé hier Youcef Chorfa, wali d’Alger lors de son passage sur les ondes de la chaine 3.

 Il est donc question d’un nouveau plan de rationnement qui sera appliqué dès demain et verra quatorze communes qui seront alimentées quotidiennement de 8h à 14h. Il s’agit de : La Casbah, Sidi Moussa, Bir Mourad Rais, Hydra, Ouled Chebel, Tassala El Merdja, Baba Hassen, Draria, El Achour, Belouizdad, El Madania, El Mouradia, Sidi M’Hamed et Rahmania. D’autres communes à l’image d’Oued Koreiche, Rais Hamidou, Eucalyptus, Bir Khadem, Gué de Constantine, Beni Messous, Bouzareah, Ain Benian, Hammamet, Bab Ezzouar, Bordj El Kiffan, El Marsa, Mohammadia, Bourouba, Bachdjarah, Oued Semar, El Harrach, El Magharia, Hussein Dey et Herraoua auront droit à leur ration d’eau, pour leur part, un jour sur deux.

La troisième et dernière catégorie est composée de 23 communes et se verront appliquer un double système d’approvisionnement. En plus clair, certains quartiers dans une seule et même commune disposeront de l’eau au quotidien de 8H à 14H alors que d’autres seront alimentés de 8H jusqu’à 16H mais seulement un jour sur deux. Sont concernées par ce système mixte d’approvisionnement les communes de : Bab El Oued, Bologhine, Baraki, Saoula, Birtouta, Ben Aknoun, El Biar, Chéraga, Dély Ibrahim, Ouled Fayet, Ain Taya, Dar El Beida, Bordj El Bahri, Douera, Khraicia, Kouba, Reghaia, Rouïba, Alger centre, Mehelma, Souidania, Staoueli et Zeralda. Ce plan de rationnement de la distribution de l’eau est basé, explique le wali d’Alger, suivant le principe de « distribuer l’eau la journée et reconstituer les stocks la nuit » ajoutant « nous arrêtons la distribution de l’eau à partir de 18H jusqu’à 6H du matin, pour pouvoir reconstituer le stockage au niveau des réservoirs ». Pour le wali d’Alger, ce rationnement est la conséquence d’« une période des plus difficile, avec un déficit en approvisionnement assez conséquent, pratiquement chronique ». Il précisera à l’occasion : « Les années passées nous étions dans la disponibilité parce que les eaux souterraines étaient très importantes et nos barrages étaient pratiquement pleins. Aujourd’hui, nos barrages sont en forte diminution et nos apports en eaux superficielles ont fortement diminué, ils ont chuté de 500.000 m3 d’eau/jour à 170.000 m3/jour ». Cette forte diminution, argumente-t-il, « est due à la faible pluviométrie qu’on enregistre depuis trois ans ».

Linda Chergui

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer