A la uneMonde

Turquie : Son économie surpasse la plupart de ses pairs, mais à un prix

L’économie turque a progressé à un rythme soutenu cette année, surpassant la plupart des grandes économies à mesure qu’elles se remettaient de l’épidémie; Mais cette performance se fait au détriment de la stabilité des prix et de la monnaie dans le pays.

Après près d’un an de quasi-impasse causée par Covid-19, la croissance de la Turquie a été la plus rapide de tous les pays du G20, à l’exception de la Chine, au cours du dernier trimestre. La croissance a été stimulée par une forte consommation grâce aux mesures de soutien introduites par le gouvernement l’année dernière, qui visaient à réduire les taux d’intérêt et à stimuler les prêts.

Le PIB a augmenté de 7% par rapport à la même période de l’année dernière et de 1,7% par rapport au quatrième trimestre, dépassant 6,3%, ce qui est la prévision moyenne de 22 analystes de l’enquête Bloomberg pour la même période en 2020.

Enver Erkan, économiste en chef de Terra Yatrim, basé à Istanbul, estime qu’il y a « une illusion sur le taux de change » dans les données de croissance économique de la Turquie. Il a déclaré que le PIB par habitant en dollars américains avait diminué d’environ 40% depuis 2013 à environ 7700 dollars l’année dernière, ce qui rend le modèle économique turc insoutenable car la croissance est principalement tirée par les dépenses publiques et les efforts visant à stimuler les prêts.

Le gouvernement a encouragé les banques à augmenter les prêts pour aider les entreprises et les consommateurs à surmonter la crise du COVID-19 l’année dernière. Et le boom du crédit s’est accompagné d’un cycle d’assouplissement initial. Cette croissance a affaibli la devise de 20% l’an dernier et a maintenu l’inflation globale à deux chiffres.

La livre turque a perdu 10% supplémentaires par rapport au dollar au premier trimestre, en particulier après que le président Recep Tayyip Erdogan a limogé le gouverneur de la Banque centrale Naji Iqbal en mars. La décision de licencier Iqbal, qui avait cherché à restaurer la crédibilité de la banque centrale, a rapidement conduit à un renversement de l’enthousiasme des investisseurs, qui a conduit à un déclin des marchés turcs.

Salim R.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer