A la uneActualité

Transports : Adapter les ports algériens aux standards internationaux

Le ministre des Transports, Aissa Bekkaï a mis en avant l’impératif de promouvoir l’action des ports algériens à la hauteur des standards internationaux et intégrer l’économie nationale dans son environnement régional et international de manière à développer le commerce extérieur et redynamiser le segment des exportations, indique, ce dimanche, le ministère dans un communiqué.

Des recommandations qui ont couronné une réunion présidée par M. Bekkaï au siège de son département, en présence de cadres du ministère, du Directeur général (DG) du groupe Serport, des P-DG des ports d’Annaba, Djen Djen, Oran et Alger, ainsi que le SG de la Fédération nationale des travailleurs des ports (FNTP) et des membres de son Bureau.

A noter que la réunion, tenue jeudi dernier, intervient dans le cadre de la série de rencontres présidées par le ministre avec les partenaires sociaux, note la même source.

Un large débat a marqué cette rencontre au sujet de la situation des différents ports algériens et les préoccupations soulevées par le partenaire social, en formulant des propositions pour l’amélioration des conditions de travail, le maintien des postes d’emploi et la redynamisation de la performance des établissements portuaires.

Il a cité, dans ce contexte, les textes réglementaires régissant l’activité portuaire, dont le décret exécutif N 99-199 du 18 août 1999 définissant les statuts de l’autorité portuaire.

Dans ce contexte, la Fédération a émis son avis quant à l’application de ce texte dans son état actuel, proposant « l’ouverture à grande échelle d’ateliers de débats sur le développement et la modernisation des ports, l’élargissement des prérogatives exercées actuellement par les structures de l’administration portuaire de manière à lui permettre d’exercer les véritables missions de l’autorité ».

De son côté, le ministre a souligné « l’importance de promouvoir l’action des ports algériens aux standards internationaux en vigueur et l’intégration de l’économie nationale dans son environnement régional et international en prévoyant de nouvelles prérogatives structurelles et légales, de manière à développer le commerce extérieur, redynamiser les exportations et réduire la recette des importations ».

Cette démarche a pour objectif de « conférer à l’Algérie une place leader au diapason de la nouvelle vision du Gouvernement », relève le document.

L’A.E.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer