A la uneEnergie

Toufik Hekkar : les capacités d’exportation du gaz naturel vers l’Espagne sont suffisantes

Le PDG du groupe Sonatrach, Toufik Hekkar s’est montré rassurant, ce lundi à Oran, quant à  la capacité d’exportation du gaz naturel vers l’Espagne via le gazoduc MEDGAZ en estimant qu’ il « est largement suffisante pour couvrir la demande actuelle. »

Intervenant au cours d’un point de presse, organisé en marge de l’ouverture de la 10ème édition du salon professionnel international des secteurs de l’énergie et des hydrocarbures (NAPEC 2021), Toufik Hekkar a affirmé qu’il n’existe aucun problème par rapport à l’approvisionnement de l’Espagne en gaz via le MEDGAZ, ajoutant que le gazoduc « assure actuellement l’ensemble du volume des exportations algériennes de gaz naturel vers l’Espagne, fixé dans le cadre des contrats à long terme ».

S’agissant d’une éventuelle augmentation de la demande espagnole, le PDG de Sonatrach a indiqué qu’il est inutile pour le moment de parler d’éventualité. « On parlera des moyens nécessaires pour satisfaire des besoins supplémentaires seulement lorsqu’il y aura une demande additionnelle », a-t-il précisé, assurant que « les capacités de Sonatrach pour répondre à la demande espagnole sont suffisantes, que se soit par le biais du pipeline ou des méthaniers ».

Peu avant et lors de son allocution prononcée à l’ouverture du 10ème salon NAPEC, Toufik Hekkar a évoqué la nouvelle loi sur les hydrocarbures, indiquant que celle-ci donne suffisamment de flexibilité pour attirer de nouveaux partenaires, capables d’apporter le financement et la technologie nécessaires pour la maximalisation de la valorisation de nos ressources en hydrocarbures.

« Nos discussions avec nos partenaires étrangers dans le cadre de cette nouvelle loi, nous permettront d’élargir notre niveau d’investissement, de partager les risques et d’accéder à la technologie nécessaire pour découvrir et développer des gisements complexes », dira-t-il.

Sur un autre chapitre, le PDG de Sonatrach a noté que le groupe « a opté pour le partenariat afin de développer des projets pétrochimiques de taille mondiale visant à valoriser les matières premières disponibles et à créer un tissu national d’industrie, de PMI et PME de transformation. Ceci contribuera à réduire l’importation des produits pétroliers transformés et à exporter les excédents de ces produits ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer