A la uneMonde

Russie : le pays de Poutine devient un acteur majeur de l’agriculture mondial

Grâce à ses ventes de céréales et de viande à de nombreux États, la Russie renforce sa position sur l’échiquier mondial, estiment plusieurs experts cités par le Financial Times. Le pays a fait un long chemin en 20 ans pour devenir l’un des plus grands exportateurs de céréales.

Vingt années de labeur de la Russie ont été couronnées de succès. En effet, elle est devenue l’un des plus grands exportateurs de céréales, analyse le Financial Times.

Le pays progresse en Eurasie, en Afrique et en Amérique latine en tant que leader des exportations agricoles, réduisant petit à petit sa dépendance aux hydrocarbures, s’ouvrant d’autres marchés et obtenant de nouveaux succès diplomatiques internationaux, assure l’article.

Les exportations de céréales et de viande ont renforcé la présence de la Russie dans les pays en développement, en particulier dans les États voisins, ou fermés au point que la logistique n’est plus un obstacle, estiment les analystes. D’après les calculs de l’Onu, le monde devra augmenter de 40% sa production alimentaire d’ici 2050 simplement pour nourrir les humains sur notre planète, qui devrait accueillir deux milliards d’individus supplémentaires au cours des 30 prochaines années.

La production russe de pétrole brut satisfait la demande mondiale à hauteur de 10%, tandis que dans les années 1990, après la chute de l’Union soviétique, elle dépensait ses revenus pétroliers pour importer de quoi nourrir sa population, rappelle le média. En citant l’un des responsables présents lors d’une réunion en 2000 quand Vladimir Poutine est devenu Président, le Financial Times relate que le nouveau chef d’État avait été choqué par les chiffres qui lui avaient été donnés concernant les importations russes.

Pourtant, aujourd’hui la Russie est presque autosuffisante en tout, du grain au fromage. Selon Rusagrotrans, elle pèse pour le blé un tiers des importations au Moyen-Orient et en Afrique, 10% en Asie et un cinquième du marché mondial.

En 2004, Poutine a lancé un programme national de développement agricole, avec d’autres projets visant à stimuler le financement et la production. L’objectif était de garantir une autosuffisance de 80 à 95 % des denrées clefs et des grains.

L’A.E.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer