A la uneActualité

Production halieutique : une augmente de 7% en 2021, selon le ministre Salaouatchi

La production halieutique en Algérie a atteint 74.000 tonnes en 2021, soit une augmentation de 7% par glissement annuel, a indiqué ce mardi le ministre de la Pêche et des productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi.

Le ministre a précisé, sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, qu’un certain nombre de projets effectifs liés à la production de dorade avait été relancés en septembre 2021, citant à titre d’exemple, l’installation de cages flottantes pour la production de 600 tonnes de ce type de poisson à Skikda, 700 tonnes à Boumerdes, 400 tonnes à Tlemcen, 600 tonnes à Chlef et 400 tonnes à Béjaïa.

Evoquant la production de tilapia rouge, dont la valeur marchande mondiale est estimée à 12 milliards de dollars, le ministre a fait savoir que « 25.000 tonnes de ce type de poisson ont été produites en 2021 dans le sud de Khenchela, en partenariat avec une filiale de Cosider », soulignant qu’avec son prix compétitif, le tilapia « rencontre un franc succès à l’échelle nationale ».

Concernant les poissons pélagiques, Salaouatchi a affirmé que ce domaine « connaît un essor sans précédent depuis juillet », citant les sardines, dont « la production a atteint 45.000 tonnes, soit une augmentation de 49% », a-t-il dit.

Interrogé sur le travail de la Commission interministérielle (pêche-intérieur-industrie-transports), installée en novembre 2021 dans le but de relancer l’activité de l’industrie navale en Algérie et étudier les demandes de foncier par les investisseurs, le ministre a affirmé que « les résultats étaient positifs et ont été accueillis favorablement par de nombreux investisseurs ». 

Il a précisé que depuis la création de la Commission, « 15 autorisations d’investissement ont été accordées au niveau des ports à des investisseurs spécialisés dans la construction navale dans 12 wilayas ».

« 11 projets au niveau des zones d’activité et des zones industrielles ont été approuvés », a-t-il ajouté.

Concernant la pêche en haute mer, Salaouatchi a indiqué que « les statistiques indiquent que 52% de la flotte maritime nationale est constituée de petits métiers » et que le but aujourd’hui est de s’orienter vers la construction de nouveaux navires de gros tonnage long de 35 mètres,

« L’année 2022 verra le premier navire fabriqué localement avec cette longueur », a-t-il annoncé.

Le ministre a également fait savoir que le secteur de la pêche assurait actuellement 130.000 emplois, ajoutant que ce domaine a connu une relance de 8,5% par rapport à l’année dernière, comme c’est le cas pour le coût de l’investissement des projets d’aquaculture qui a connu une relance de 12,5%.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer