A la uneActualité

Plan d’action du Gouvernement: L’Exécutif table sur un « renouveau économique »

Le Plan d’action du Gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président de la République, qui sera bientôt soumis au Parlement après son adoption par le dernier Conseil des ministres, prévoit une série de mesures visant la concrétisation d’une relance et d’un renouveau économiques, dans le cadre d’une approche basée sur l’encouragement de l’investissement productif et la diversification des ressources financières du pays.

Pour ce faire, le Plan d’action, dont l’agence officielle APS publie quelques extraits,« envisage la consolidation des leviers de la relance économique à travers la modernisation du système bancaire et financier, la réforme du Secteur Public Marchand (SPM) et de la gouvernance des entreprises publiques et l’amélioration de l’attractivité du climat d’investissement. », lit-on.

Le gouvernement estime que son plan « ambitionne, dans le même cadre, la promotion du cadre de développement de l’entreprise et de l’entreprenariat, le renforcement de l’intégration du secteur informel dans le circuit légal, le développement du foncier économique et l’optimisation de son exploitation, le renforcement de l’économie de la connaissance, de la R&D et de l’innovation et l’accélération de la transition numérique et le développement des start-up. »

Pour réussir ce que le gouvernement appelle « le renouveau économique », « le plan d’action du Gouvernement prévoit de développer les secteurs porteurs de développement et de croissance économiques en commençant par le développement stratégique du secteur énergétique et du secteur minier, travailler pour  une transition énergétique réussie et une meilleure sécurité énergétique, promouvoir les énergies renouvelables et nouvelles, adopter une politique performante d’efficacité énergétique, promouvoir l’utilisation de l’hydrogène, notamment –vert- et opter pour le mix énergétique optimal. »

« Le plan d’action englobe le développement des filières industrielles porteuses, notamment les secteurs agricoles et de la pêche, pour une meilleure sécurité alimentaire, l’industrie pharmaceutique, pour une meilleure sécurité sanitaire et le secteur du tourisme et l’économie de la culture », dit-on.

Il table également sur « une politique commerciale en faveur des exportations hors hydrocarbures, à travers la valorisation de la production nationale et la rationalisation des importations, le renforcement des capacités d’exportation, la promotion des exportations et la facilitation de l’acte d’exporter, l’actualisation et le développement des accords commerciaux de libre échange, l’assainissement de la sphère commerciale et la modernisation et le renforcement de l’outil de contrôle. »

L’autre axe de la relance économique inscrit au Plan d’action est la promotion de l’emploi et la lutte contre le chômage par une approche économique, à travers le soutien au développement des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises (TPME), le développement des compétences et l’adéquation formation-emploi et la promotion de l’emploi et le soutien à la création d’activités.

Le dernier axe relatif à la relance économique, celui du développement des infrastructures d’appui, prévoit, quant à lui, « le développement des infrastructures d’appui aux TIC, le développement des infrastructures logistiques, du secteur des ressources en eau, pour une meilleure sécurité hydrique, ainsi que des Partenariats Public Privé. »

L’A.E.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer