A la uneMonde

Parlement européen : L’UE suspend un accord commercial avec la Chine

Par : Agences le 22/05/2021

La ratification d’un nouveau pacte d’investissement avec la Chine a été suspendue par le Parlement européen à la suite de sanctions imposées contre les eurodéputés.

Le Parlement européen a voté jeudi une résolution suspendant la ratification d’un nouveau pacte d’investissement avec la Chine tant que Pékin n’aura pas levé des sanctions imposées contre des eurodéputés.

Ce vote est susceptible d’alimenter les tensions actuelles entre Bruxelles et Pékin et d’empêcher les entreprises de l’Union européenne de bénéficier d’un accès élargi au marché chinois. La résolution a été adoptée par 599 voix pour, 30 contre et 58 abstentions.

Conclu en décembre dernier à l’issue de sept années de négociations, l’Accord global sur les investissements UE-Chine (CAI) est destiné à placer les entreprises européennes sur un pied d’égalité en Chine et de faire de cette dernière un partenaire commercial de confiance avec le bloc communautaire.

Mais Pékin a imposé en mars des sanctions contre 10 responsables politiques européens dont cinq eurodéputés, ainsi qu’à l’encontre de centres de réflexion et d’organes diplomatiques, en représailles aux sanctions occidentales visant des représentants chinois accusés de violations des droits de l’homme contre la communauté musulmane des Ouïghours dans la région chinoise du Xinjiang.

Le Parlement européen estime que les mesures de la Chine ne sont pas fondées sur le droit international tandis que les sanctions décidées par l’UE, comme celles de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, visent des violations de droits de l’homme établis par des traités des Nations unies. Pékin dément tout mauvais traitement infligé aux Ouïghours.

Dans sa résolution, le Parlement « demande que la Chine lève les sanctions avant » de s’occuper du CAI. Le texte n’est pas contraignant juridiquement mais fait désormais figure de position officielle du Parlement.

En réponse à la résolution, la mission chinoise auprès de l’UE a déclaré que l’accord d’investissement était « mutuellement bénéfique » et non une « faveur » d’une partie à l’autre. Les sanctions chinoises sont une réponse légitime aux actions de l’UE, a-t-elle ajouté.

« La Chine n’a cessé de promouvoir sincèrement la coopération bilatérale et espère que l’UE fera la moitié du chemin », a déclaré la mission dans une déclaration publiée sur son site internet vendredi.

Cette impasse constitue un revers pour la Chine et l’Union européenne. La ratification du pacte permettrait de mieux protéger les investissements et les droits de propriété intellectuelle européens en Chine. Selon les diplomates européens, la Chine espérait améliorer sa réputation internationale en tant que partenaire commercial équitable et respectueux.

Selon des militants et des experts des droits de l’homme des Nations unies, au moins un million de musulmans sont détenus dans des camps au Xinjiang. Les militants et certains hommes politiques occidentaux accusent la Chine de recourir à la torture, au travail forcé et à la stérilisation.

La Chine nie les violations des droits de l’homme dans le Xinjiang et affirme que ses camps offrent une formation professionnelle et sont nécessaires pour lutter contre l’extrémisme.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer