A la uneActualité

Le texte complet de la déclaration du ministre des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, M. Ramtan Lamamra à propos du Maroc

Conformément à l’annonce du Conseil suprême de la sécurité de sa décision concernant les relations algériennes-marocaines, permettez-moi de lire à vos oreilles la déclaration officielle suivante, au nom du Président de la République, du commandant en chef des forces armées, ministre de la Défense nationale, et au nom du gouvernement algérien :
Historiquement, il a été prouvé que le Royaume du Maroc n’a jamais cessé de commettre des actes non amicaux et des hostilités contre notre pays depuis l’indépendance de l’Algérie. Cette hostilité authentifiée par sa nature systématique, revient à la guerre d’agression ouverte en 1963 lancée par les Forces armées royales marocaines contre l’Algérie nouvelle et indépendante. Cette guerre qui a connu l’utilisation d’armes et d’équipements militaires lourds et mortels a laissé au moins 850 martyrs algériens qui ont sacrifié leur vie pour préserver l’intégrité territoriale de leur pays qui ont contribué à sa libération.
2-Malgré les grandes blessures causées par cet affrontement armé, l’Algérie a travaillé dur pour établir des relations normales avec le voisin marocain. Dans ce contexte, le traité de fraternité, de bon voisinage et de coopération ainsi que l’accord de démarcation de la frontière entre les deux pays, signé à Ifrane en 1969 et Rabat en 1972, est venu consacrer le principe de l’inviolabilité des frontières héritées au lendemain de l’indépendance.
En 1976, le Maroc a soudainement décidé de rompre les relations diplomatiques avec l’Algérie qui, avec un certain nombre d’autres pays frères, a pris la décision souveraine de reconnaître la République arabe démocratique du Sahraoui. Après douze ans de rupture des relations diplomatiques, en 1988, les pays ont décidé de normaliser les relations bilatérales et de les inscrire dans une perspective historique en tenant compte du sort commun des peuples algériens et marocains et de la nécessité de renforcer la coopération fructueuse entre les deux pays. Cette normalisation est venue après les efforts louables et dignes d’appréciation des présidents d’un certain nombre de pays frères et amis. Nous rappelons, parmi eux, le serviteur des deux saintes mosquées, le roi Fahd bin Abdelaziz, qui a permis son engagement personnel à la médiation efficace, de créer un climat politique propice au développement Situation positive
Dans ce cadre, il est à rappeler que la déclaration commune algéro-marocaine du 16 mai 1988, qui constitue la base et le terrain pour la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, a été formulée dans un horizon ambitieux et responsable, avec 4 % de garantie. Des critères importants qui ont rendu possible la normalisation des relations entre les deux pays, et ces quatre engagements issus du communiqué commun algérien-marocain sont les suivants :
Vouloir consolider des relations durables avec la paix, le bon voisinage et la coopération entre les peuples algériens et marocains et réitérer la pleine validité des traités et accords conclus entre les deux pays, contribuer activement à accélérer la construction du grand Maghreb arabe, contribuer au renforcement de la classe arabe autour La cause palestinienne sacrée, consacrant les droits nationaux du peuple palestinien, en particulier son droit à l’établissement de son État et à la libération de tous les territoires arabes occupés, y compris la ville de Jérusalem Al-Charif, soutien – je cite la déclaration commune – ′′ Une solution juste et définitive du différend du désert ′′ L ‘ Occident à travers l’organisation d’un référendum libre et honnête qui permette au peuple sahraoui d’décider de son sort dans une crédibilité totale et sans aucune contrainte « .
Parmi ses principes bien connus, l’Algérie refuse de s’immiscer dans les affaires intérieures du Royaume du Maroc, quelles que soient les circonstances, et les positions historiques de l’Algérie ont montré clairement cette position de principe, en particulier pendant de graves crises politiques et sécuritaires qui ont menacé la stabilité et la sécurité du Royaume du Maroc. De leur côté, les services de sécurité et de propagande marocains mènent une guerre médiatique horrible et large contre l’Algérie, son peuple et ses dirigeants, sans hésitation à tisser des scénarios imaginaires, créer des rumeurs et diffuser des informations intéressantes. Plus grave encore, l’un des commissaires du Royaume a commis une déviation très dangereuse et irresponsable en abordant ce qu’il a appelé ′′ le droit à l’autodétermination du peuple courageux des tribus « . face à cette provocation qui a atteint son pic, l’Algérie a montré la retenue de En réclamant publiquement des clarifications d’une autorité marocaine compétente et qualifiée. Le silence de la partie marocaine à cet égard, qui continue depuis le 16 juillet dernier, reflète clairement le soutien politique de la plus haute autorité marocaine à cet acte.
Aujourd’hui, il est clair que le Royaume du Maroc a renoncé de manière dangereuse et systématique, complètement ou partielle aux obligations fondamentales qui constituent la base de référence et de la normalisation des relations entre les deux pays. Le Royaume du Maroc a fait de son territoire national une base arrière et une guerre pour planifier, organiser et soutenir une série d’agressions graves et systématiques contre l’Algérie. Les dernières hostilités représentent les accusations fausses et les menaces implicites lancées par le ministre israélien des Affaires étrangères lors de sa visite officielle au Maroc, en présence de son homologue marocain, qui était évidemment le principal instigateur de telles déclarations injustifiées.
Il convient de noter que depuis 1948 aucun membre du gouvernement israélien n’a entendu ni envoyé personnellement des messages agressifs depuis le territoire d’un pays arabe contre un autre pays arabe voisin, ce qui va à l’encontre de toutes les coutumes et accords algériens marocains. Ce phénomène montre une hostilité extrême et une impulsion imprudente sans restriction ni limite.
Sur le plan de la sécurité régionale, l’octroi par les autorités marocaines d’un lieu qui a fourni une force militaire étrangère dans la région du Maghreb et l’incitation de leur représentant à faire des fausses déclarations contre un État voisin, constitue un acte dangereux et irresponsable qui enfreint les dispositions de l’article 5 du traité de fraternité Le bon voisinage et la coopération entre l’Algérie et le Maroc, ainsi que le fait qu’il soit totalement incompatible avec les obligations contractées dans la déclaration commune susmentionnée.
Ces hostilités comprennent également la coopération remarquable et notable du Royaume du Maroc avec les deux organisations terroristes appelées ′′ Mac ′′ et ′′ Rashad ′′ qui ont été impliqués dans les crimes odieux liés aux incendies abominables dans de nombreuses États de la République Dernièrement, avec le processus de torture et de meurtre barbare qui a été victime du citoyen Jamal bin Ismaïne (que Dieu le bénisse avec sa miséricorde). Pour sa part, le scandale, qui n’est pas moins dangereux que son précédent, concernant le programme Pegasus, a révélé sans aucun doute des opérations d’espionnage lourdes que des citoyens et des responsables algériens ont subies par les services de renseignement La Marocaine utilise cette technologie israélienne.
En fait, la liste est longue et comprend, pour ne citer que la décision unilatérale d’imposer un visa d’entrée arbitraire et injustifiée aux Algériens (y compris les ressortissants étrangers d’origine algérienne) après l’opération terroriste que j’ai connue La ville de Marrakech en 1994, qui s’est avérée plus tard être l’un des actes d’un réseau terroriste marocain et étranger qui n’a absolument rien à voir avec l’Algérie. La violation du siège du consulat général d’Algérie à Casablanca a été ajoutée le 2013. novembre 2013. cet acte odieux et l’atteinte scandaleuse aux symboles et aux valeurs du peuple algérien et de son État, au sujet de laquelle la partie marocaine n’a pas présenté ni explication ni excuses, mais plutôt Son auteur, activiste dans le soi-disant mouvement ′′ Jeunesse Royale « , a bénéficié d’une condamnation à deux mois d’emprisonnement avec suspension pour le crime de violation de la sainteté d’une institution souveraine protégée internationale par la justice marocaine comme une simple ′′ violation Pour une propriété privée « .
Concernant l’engagement d’organiser un référendum d’autodétermination au Sahara occidental, le Royaume du Maroc a renoncé à l’engagement officiel du roi Hassan II et blogueur dans des documents officiels des organisations de l’unité africaine et des Nations Unies, tandis que les dirigeants actuels du roi vivent Ils ont illusion d’imposer leur dictée à la communauté internationale concernant la prétendue thèse de ′′ l’auto-gouvernance ′′ Après avoir avorté de manière systématique et de mauvaise foi tous les efforts internationaux sous les auspices des Nations Unies, le Royaume du Maroc a brisé toute confiance dans son engagement et sa signature, tandis que les dirigeants et les représentants du Royaume manifestent pour soutenir les efforts de l’Organisation des Nations Unies Dans le cadre de ses responsabilités, elle reste pleinement attachée et inévitablement à la recherche d’une solution acceptable par les deux parties, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, et garantit le droit du peuple sahraoui à son autodétermination en toute liberté.
Concernant l’engagement d’accélérer la construction unitaire marocaine, et après la création de l’Union du Maghreb arabe en tant qu’organisation régionale, sa fondation est prolongée pour normaliser les relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc, il est clair que le Royaume du Maroc est l’État membre qui a au moins approuvé Un certain nombre d’accords avec une exception délibérée aux accords structurés de l’espace marocain. Peut-être que la meilleure preuve de cette tendance, la décision unilatérale marocaine du 20 décembre 1995, de geler les activités des institutions de l’Union du Maghreb arabe, qui a progressivement défendu l’Union Maghrébine vers une mort lente.
Il est évident que le Royaume du Maroc a sapé la base consensuelle sur laquelle les pays se sont basés pour dessiner des relations fraternelles basées sur la bonne foi, la confiance mutuelle, le bon voisinage et la coopération. C ‘ est ainsi que les dirigeants du Royaume du Maroc sont responsables de la punition des crises, une par une, dont la dangerosité continue de croître, ce qui met ainsi les relations algériennes-marocaines dans un tunnel bouché. Ce comportement marocain conduit inévitablement les peuples de la région à se disputer et à faire face au lieu de fraternité, d’intégration et d’unité, comme il ose sérieusement leur présent et leur avenir. Cette réponse algérienne publique et officielle à l’égard de l’orientation hostile marocaine met en évidence la nécessité d’un recours urgent à la logique de la raison au lieu de parier sur le pire qui semble être, malheureusement, la position du Royaume du Maroc envers l’Algérie.
Dans tous les cas, l’Algérie refuse de subir des comportements et des actes rejetés qu’elle condamne fermement. L ‘ Algérie rejette aussi la logique du fait et les politiques unilatérales avec ses conséquences désastreuses pour les peuples marocains. L ‘ Algérie refuse aussi de maintenir une situation anormale qui met le groupe maghrébin dans un état de tension permanente qui contredit totalement les principes et les règles régissant les relations internationales et les relations de voisinage et de coopération.
Pour toutes ces raisons, sur la base des facteurs et des données susmentionnés, l’Algérie a décidé de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc à partir d’aujourd’hui.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer