A la uneActualité

Le président Tebboune appelle à une réforme globale du système économique et financier mondial

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a appelé, dans une allocution lue en son nom par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, devant les participants au 3e sommet du Sud du G77 +Chine, qui se tient à Kampala, à une réforme globale du système économique et financier mondial pour le rendre plus équitable et plus équilibré, et corriger les dysfonctionnements résultant de la domination des pays riches sur les mécanismes de prise de décision politique, économique et financière, ce qui a affaibli les capacités des pays du Sud qui continuent de souffrir de marginalisation, de dépendance et d’incapacité à réduire l’écart de développement.

« L’Algérie a toujours plaidé en faveur de cette réforme depuis les années 1970, dans le cadre d’une vision clairvoyante et ambitieuse visant à asseoir les règles d’un nouveau système économique international qui consacre efficacement le principe de l’indépendance économique des pays en développement en tant que complément essentiel à leur indépendance politique, et en tant que cadre équilibré non seulement en termes d’avantages, mais aussi en termes de responsabilités partagées », dira le président de la République.

Abdelmadjid Tebboune a souligné  « la nécessité de la réforme du système des Nations-Unies afin de le rendre plus représentatif et plus à même de répondre aux aspirations et aux priorités des pays du Sud, outre de conférer davantage d’efficacité à son travail pour renforcer le multilatéralisme et relever les défis de développement ».

Quant aux difficultés entravant le financement du développement dans les pays du Sud, en raison de la faiblesse des flux financiers, l’exacerbation des dettes extérieures, et les conditions arbitraires imposées et qui compromettent les efforts visant à réaliser des réformes structurelles de leurs systèmes nationaux et à accélérer leur rythme de développement socio-économique, le président de la République a appelé à « engager une réflexion sur la mise en place de mécanismes efficaces pour alléger le poids des dettes, voire leur annulation ou leur restructuration et la suspension des services de la dette, notamment au profit des pays les moins développés ».

Le président algérien a insisté sur l’importance de la coopération Sud-Sud pour « le renforcement du flux commercial et des investissements, et le développement des mécanismes d’intégration économique, au moment où la contribution des pays en voie de développement au commerce mondial et aux investissements internationaux reste faible, par rapport à leurs capacités ».

Évoquant la hausse et la fluctuation des prix des produits de base sur les marchés internationaux, le président de la République a prône « l’adoption d’une nouvelle approche reposant sur l’intensification des échanges et l’accès aux mécanismes et cadres ayant prouvé leur efficacité dans les pays du Sud, à travers la promotion de l’investissement dans les projets d’infrastructures, l’amélioration du financement, la transition technologique et la compétitivité, outre l’amélioration de l’environnement international de l’investissement suivant les fondements du développement durable et les principes de transparence, de justice et de flexibilité ».

M.H.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer