A la uneEnergie

Le nombre de véhicules roulant au GPL/c a franchi le seuil de 1 million

Le prix du GPL/c en Algérie est le moins cher au monde, cédé aux utilisateurs à un tarif cinq fois moins cher que celui de l'essence et trois fois moins cher que celui du gasoil.

Le parc automobile national roulant au gaz de pétrole liquéfié carburant (GPL/c) a franchi le seuil d’un million de véhicules à la fin de  2023, a indiqué ce mardi le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE).

 Dans un rapport consacré au « développement de GPL/c et de GNC (Gaz naturel comprimé) en tant que leviers de la transition énergétique dans le secteur du transport en Algérie », le CEREFE a précisé que « le parc national roulant au GPL/c comptait 850.000 véhicules au premier semestre 2023 et devrait franchir le seuil d’un million à la fin de l’année 2023 ».

S’appuyant sur les statistiques les plus récentes du secteur énergétique, le Commissariat a évoqué également une « croissance fulgurante » de l’utilisation de GPL/c en Algérie, enregistrée à partir de 2015, notamment à la suite de l’augmentation du prix à la pompe de l’essence et du gasoil, opérée à travers les lois de Finances de 2016, 2017, 2018 et 2020, et en raison de la subvention accordée pour la fourniture et l’installation des kits GPL/c.

Selon le rapport, élaboré par le groupe de travail « Mobilité propre » composé de représentants de plusieurs ministères, le prix du GPL/c en Algérie est le moins cher au monde, cédé aux utilisateurs à un tarif cinq fois moins cher que celui de l’essence et trois fois moins cher que celui du gasoil.

De ce fait, la demande sur le GPL/c n’a cessé de croitre en Algérie depuis 2016, passant de 290 Ktep (kilotonne équivalent pétrole) en 2015 à plus de 1800 Ktep en 2022.

La demande sur le GPL/c a permis aussi une baisse « significative » de la consommation de l’essence, passant de 4,4 millions de tonnes en 2015 à 3,3 millions de tonnes en 2022, soit des économies d’essence d’un peu plus d’un million de tonnes en 2022 par rapport à 2015, est-il mentionné dans le document.

Soulignant que l’Algérie dispose d’un grand potentiel en matière de production de GPL/c et de GNC, le CEREFE a assuré que le développement de ces deux produits représente « la solution la mieux adaptée sur le plan tant économique, sanitaire et environnemental ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer