A la uneEnergie

Gazoduc transsaharien: Algérie, Niger et Nigeria conviennent d’une Feuille de route

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab et ses homologues nigérien et nigérian ont convenu, lors de leur réunion tenue mercredi à Niamey, de mettre en place une feuille de route pour le projet de Gazoduc transsaharien, a indiqué un communiqué du ministère.

« Dans le cadre de sa visite de travail au Niger, mercredi, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab s’est réuni avec le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables du Niger, Mahamane Sani Mahamadou et le ministre d’Etat des ressources pétrolières du Nigeria Timipre Sylva, en présence de l’ambassadeur d’Algérie au Niger, du président directeur général du Groupe Sonatrach et des cadres du ministère », lit-on dans le communiqué.    

Lors de cette réunion, les trois parties ont évoqué les relations de coopération et de partenariat unissant l’Algérie, le Niger et le Nigeria dans le domaine de l’énergie et des mines, qualifiées de « très bonnes », et les perspectives de leur promotion, notamment en ce qui concerne le projet de réalisation d’un gazoduc transsaharien.

Lors de cette rencontre, M. Arkab a affirmé « l’intérêt particulier accordé par l’Algérie à ce projet important, susceptible d’insuffler une nouvelle dynamique aux relations unissant les trois pays dans le domaine de la coopération technique, et de renforcer les capacités ».

Ce projet prévoit la réalisation d’un gazoduc de 4.000 km qui s’étend du Nigéria jusqu’à l’Algérie passant par le Niger, pour le transport de « plusieurs milliards » de m3 de gaz via le réseau algérien de gazoducs.

« Ce projet bénéficiera des opportunités offertes par l’Algérie en termes d’infrastructures notamment le réseau de transports, les groupes de gaz naturel liquéfié (GNL) et les infrastructures de pétrochimie ainsi que la position géographique proche des marchés de gaz ».

Le projet permettra aux trois pays (Algérie, Niger, et Nigeria) d’assurer le développement socioéconomique des régions traversées par le gazoduc qui garantira le développement et la sécurité dans la région ».

« Les trois partie ont convenu de mettre en place une feuille de route du projet », selon le communiqué qui a précisé que cette réunion est parvenu à une vision commune sur l’importance du projet et son étendue internationale, notamment concernant la garantie des approvisionnements des marchés en gaz ».   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer