A la uneActualité

Ramtane Lamamra : « Des puissances étrangères cherchent à redessiner les équilibres internationaux à travers la Libye »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a révélé lundi à Alger l’existence de plans par lesquels certaines puissances étrangères cherchent à accroître leur influence en Libye et à faire de ce pays une plate-forme pour redessiner les équilibres internationaux au détriment des intérêts stratégiques de la Libye et de ses voisins.

« Nous devons traiter et interagir avec les développements de la situation en Libye selon une approche proactive et une vision claire », a affirmé M. Lamamra dans une allocution à l’ouverture des travaux de la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye.

Cette vision « doit tenir compte des considérations qui préoccupent de plus en plus les décideurs et l’opinion publique dans nos pays, à la lumière des plans de certaines puissances étrangères qui cherchent à accroître leur influence en Libye et faire de ce pays une plate-forme pour redessiner les équilibres internationaux, au détriment des intérêts stratégiques de la Libye et de ses voisins », a ajouté le chef de la diplomatie algérienne.

Lamamra a réaffirmé que « notre sécurité et notre stabilité à tous sont étroitement liées à la sécurité et à la stabilité de la Libye et sa prospérité dépend de la notre ». « Une Libye stable et forte constituera sans nul doute le pilier de la sécurité et de l’intégration économique régionales », a-t-il soutenu.

Il a rappelé que « les pays voisins de la Libye sont plus concernés que d’autres par les répercussions directes de la situation tumultueuse dans ce pays voisin et frère ». « De nombreux événements tragiques auxquels nos pays ont été confrontés faute de stabilité en Libye l’ont malheureusement prouvé », a-t-il poursuivi.

Le ministre des Affaires étrangères a, par ailleurs, souligné que « la réunion d’aujourd’hui entre dans le cadre des efforts soutenus que nos pays n’ont eu de cesse de déployer pour contribuer au règlement de la crise libyenne, convaincus du rôle vital et central que doivent jouer les pays voisins pour soutenir les autorités de transition libyennes en vue de la concrétisation de toutes les échéances inscrites dans la feuille de route et la tenue des élections prévues le 24 décembre 2021 ».

Le règlement de la crise n’est possible que par un processus inter-libyen

Lamamra a indiqué que la participation de la ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Al-Manqoush à la réunion avec ses homologues « est un indicateur significatif de la grande avancée réalisée par le processus politique dans le règlement de la crise libyenne, aussi bien qu’une preuve éloquente de notre attachement tous à être à l’écoute de la voix libyenne, car profondément convaincus que le règlement de la crise ne saurait intervenir qu’à travers un processus inter-libyen, avec le soutien de la communauté internationale, notamment les pays voisins ».

Il a rappelé que « la tenue de cette réunion s’inscrit dans le cadre de l’activation des résolutions du Conseil de sécurité relatives à la crise libyenne ainsi que les recommandations de la Conférence de Berlin prévoyant de permettre aux pays voisins de s’acquitter de leur rôle dans le contexte des efforts internationaux et régionaux pour aider le peuple libyen frère ».

« La période cruciale actuelle dans l’histoire du peuple libyen frère nous impose indubitablement une solidarité absolue et un soutien efficace pour lui permettre de préserver sa souveraineté et l’unité de son territoire, de même qu’une action devant mettre un terme à toutes les interventions étrangères dans ses affaires internes », a soutenu M. Lamamra.

Et d’ajouter: « Nos concertations dans le cadre de cette réunion vont nous permettre d’élaborer des propositions opérationnelles pour anticiper les évènements aussi bien positifs que négatifs et contribuer au renforcement des efforts louables visant à trouver un règlement définitif à la crise libyenne qui n’a que trop duré ».

Se félicitant « de la participation des trois organisations qui n’ont ménagé aucun effort depuis le début de la crise pour appuyer les frères libyens », le ministre des Affaires étrangères a indiqué attendre les communications qui seront présentées par les représentants de la Ligue arabe, de l’UA et de l’ONU « sur les développements de la situation dans ce pays frère et les voies et moyens de faire avancer le processus politique à même de permettre à la Libye de tourner la page des différends et recouvrer sécurité et stabilité ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer