A la uneActualité

Justice : Fin de cavale pour Abdelmoumen Ould Keddour

L’avion transportant  l’ancien patron de Sonatrach, en fuite à l’étranger depuis 2019, devrait atterrir à l’aéroport Houari Boumediene en fin de cette journée du mercredi. Abdelmoumen Ould Keddour vient d’être extradé vers l’Algérie depuis Les Emirats Arabes Unis où il avait été interpellé sur la base du mandat d’arrêt international lancé par le tribunal de Sidi M’hamed.

Qui est Abdelmoumen Ould Kaddour ? Né le 26 septembre 1951 à Tlemcen, après les études secondaires, il rentre à l’École nationale polytechnique d’Alger d’où il sort diplomé ingénieur d’Etat en génie chimique. Il a émigré aux États-Unis à l’age de 24 ans, il s’inscrit au Massachusetts Institute of Technology (MIT), il est diplômé d’un master en génie chimique le 20 septembre 1979 et d’un diplôme d’ingénieur chimiste le 20 février 1980, diplôme professionnel octroyé par le MIT dans le domaine de l’ingénierie .

En 1982, il participe à la création du Centre de recherche et d’exploration minière (CREM) et du département d’engineering au niveau du Centre de recherche de développement des matériaux (CDM).

En 1992, il fonde la societé Condor Engineering Spa, une société de conception et de développement par ordinateur, dont il devient le président-directeur général.

En 1993, il est nommé président-directeur général de Brown & Root-Condor, société par actions Algéro-américaine (51 % détenue par Sonatrach et 49 % par Brown & Root). En 2005, il devient le président du conseil d’Administration de BRC-Construction (BRC-C) à la suite de l’acquisition de 70 % du capital de l’Entreprise de construction bâtiments d’El Achour (ESCB).

L’histoire du PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, n’a jamais cessé de défrayer la chronique depuis l’affaire BRC et ses affaires troublantes dont on ne connaît pas la genèse exacte. Cependant, le premier grief retenu contre l’ex-patron de l’entreprise algéro-américaine BRC est cette fameuse affaire d’espionnage rapportée par l’ensemble des médias algériens.

Une affaire au cours de laquelle Abdelmoumen Ould Kaddour, nommé à la tête de Sonatrach depuis mars 2017, a été accusé d’espionnage au profit de puissances étrangères. Une grave accusation qui lui a valu le 26 novembre 2007 une condamnation à une peine de 30 mois de prison ferme. Déféré devant le tribunal militaire de Blida, Abdelmoumen Ould Kaddour a été placé sous mandat de dépôt à partir du 17 mars 2007.

Le 23 avril 2019, alors qu’il y a en Algérie, à la suite des énervements du 22 février 2019, une multiplication des enquêtes pour corruption et une « purge » dans le milieu des affaires algériens, Abdelmoumen Ould Kaddour est limogé de la présidence de Sonatrach, par le Chef de l’Etat,  Abdelkader Bensalah.

Le 20 mars 2021, l’ex-patron de la Sonatrach est arrêté aux Emirats arabes Unis à la suite d’un mandat d’arrêt international  émis par la justice algérienne concernant deux affaires de corruption. L’une relative à l’acquisition de la raffinerie d’Augusta en Italie et l’autre concernant des marchés octroyés de gré à gré ainsi que de la surfacturation. Il a été libéré sous caution quelques jours plus tard, avec interdiction de quitter le territoire émirati et le retrait de son passeport. Vers le 16 juin 2021, les autorités émiraties, liées par une convention d’entraide judiciaire avec l’Algérie, ont finalement répondu favorable à la demande d’extradition de Abdelmoumen Ould Kaddour déposée par la justice algérienne.

Riad L.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer