A la uneMonde

Crise ukrainienne : l’Europe a acheté près de 17 milliards d’euros de gaz et de pétrole russes depuis le début du conflit

16,8 milliards d’euros, c’est le montant des importations européennes d’hydrocarbures russes depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février dernier, selon des estimations du Centre for Research on Energy and Clean Air (Crea). Alors que les pays européens continuent de se faire massivement livrer du gaz – notamment pour reconstituer leurs stocks – le président ukrainien Zelenski exhorte l’Union d’imposer un embargo sur ces sources énergies russes. « Ne sponsorisez pas s’il vous plaît les armes de guerre de ce pays, de la Russie », a-t-il déclaré ce lundi matin. Une intervention qui coïncide avec la tenue lundi d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l’UE pour examiner de possibles nouvelles sanctions contre Moscou.

C’est une estimation qui permet de saisir l’ampleur des volumes d’échanges d’hydrocarbures entre la Russie et les pays européens, alors que la guerre en Ukraine fait rage. Selon le centre de recherche le Centre for Research on Energy and Clean Air (Crea), le montant des flux entre le Kremlin et l’Europe depuis l’invasion déclenchée par la Russie s’élève à 16,8 milliards d’euros (soit 646 millions par jour). Dans le détail : 10,6 milliards d’euros pour le gaz, 5,77 pour le pétrole (brut et raffiné) et 438 millions d’euros pour le charbon.

Depuis le déclenchement de la guerre, les importations européens de gaz russe ont augmenté de façon importante. La semaine dernière, les livraisons ont progressé de 3% par rapport à celle précédente, « les niveaux les plus élevés depuis décembre 2021 », soulignait Kaushal Ramesh, analyste pour Rystad Energy.

L’estimation du Cera depuis le 24 février, est en-dessous de celle relayée par l’économiste en chef du géant Allianz. Ludovic Subran estimait quant à lui à 800 millions d’euros par jour le montant des importations pour le seul gaz russe. Cette fourchette multipliée par les 26 jours du conflit attendrait environ 20 milliards d’euros.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer