A la uneActualitéPolitique

Attaf affirme que l’Algérie est engagée à imprimer un nouvel élan au rôle actif du Mouvement des non-alignés

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ahmed Attaf, a souligné, ce mercredi depuis Kampala (Ouganda), l’engagement de l’Algérie à imprimer un nouvel élan au rôle actif du Mouvement des non-alignés (MNA) dans la conjoncture internationale actuelle et à œuvrer depuis son siège au Conseil de sécurité à la préservation des intérêts de ce mouvement et à la promotion de ses objectifs et initiatives.

Dans une allocution prononcée lors de la réunion ministérielle préparatoire du 19e Sommet du Mouvement des non-alignés, Attaf a précisé que « ce sommet est pour l’Algérie une autre occasion précieuse d’imprimer un nouvel élan au rôle actif, efficace et influent de notre ensemble dans la conjoncture internationale actuelle avec son lot de défis et de menaces à tous les niveaux et dans tous les domaines ».

Le ministre a formé le vœu de voir « ce nouvel élan promouvoir davantage les valeurs, principes et idéaux sur lesquels a été fondé le Mouvement des non-alignés et qui s’avèrent plus que jamais nécessaires dans la conjoncture internationale actuelle ». Un élan « que nous voulons au service de l’intérêt général international et que nous souhaitons voir contribuer à désamorcer les tensions croissantes et à réduire le niveau de polarisation sur la scène mondiale », a-t-il ajouté.

« Nous voulons aussi que ce nouvel élan favorise l’avènement d’un ordre international équilibré et juste, qui garantisse la sécurité, la stabilité et la prospérité pour tous, et qui mette fin à la longue marginalisation des pays en développement et réponde à leurs besoins et aspirations », tout en confortant « les traditions de coopération, d’entraide et de solidarité entre nous » et en renforçant « notre engagement collectif à défendre les causes justes pour mettre fin à l’occupation, réaliser la décolonisation définitive et consacrer les droits des peuples opprimés à travers le monde », a poursuivi Attaf.

Et de souligner l’engagement de l’Algérie à contribuer dans ce sens « avec sérieux et en toute responsabilité » et à « œuvrer depuis son siège au Conseil de sécurité à la préservation des intérêts de notre mouvement et à la promotion de ses objectifs et initiatives ».

Attaf a en outre dit que l’Algérie attendait du prochain sommet une position « forte et ferme » à l’égard de la cause palestinienne, « qui passe par une phase qu’on pourrait qualifier de plus dangereuse et de plus critique de son histoire ».

« La cause palestinienne a besoin de davantage de soutien de la part du Mouvement des non-alignés qui, au regard de son poids moral, de son influence politique et de ses positions constantes et honorables en la matière, peut contribuer à accroître la pression diplomatique pour mettre un terme à la funeste machine israélienne dans la bande de Ghaza, demander des comptes aux responsables et accélérer l’établissement de l’Etat palestinien indépendant et souverain comme solution radicale et définitive au conflit dans son ensemble », a estimé le ministre des Affaires étrangères.

Concernant la plainte intentée par l’Afrique du Sud contre l’entité sioniste devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour génocide à Ghaza, Attaf a affirmé que « cette initiative doit être saluée et recevoir tout notre soutien car elle va dans la bonne direction ».

Concernant la décolonisation au Sahara occidental, le ministre des Affaires étrangères a salué « la position constante et authentique du Mouvement des non-alignés en faveur du droit inaliénable et imprescriptible du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies ».

Attaf a, par ailleurs, évoqué l’appel, par la délégation algérienne, à « l’activation des positions du Mouvement des non-alignés en faveur de la réforme de l’ONU et de la réhabilitation du multilatéralisme » et au « renforcement de son rôle pour mettre les relations internationales à l’abri des retombées de la polarisation qui nuit à l’intérêt de tous et des rapports de force qui fragilisent la paix et la sécurité internationales ».

« Nous demeurons convaincus que l’Humanité n’a d’avenir que dans la coopération fructueuse, le respect mutuel et l’interdépendance équitable, sous l’égide de cette organisation onusienne inclusive, et dans le respect des règles et des lois de la légalité internationale, notamment l’ensemble des valeurs et des principes de la Charte des Nations Unies », a soutenu le ministre des Affaires étrangères.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer