A la uneActualitéEnergie

Assef Molhem : Le Sommet d’Alger du GECF est opportun dans le contexte géopolitique actuel

Pour l’expert en relations internationales, Assef Molhem, le Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), prévu fin février à Alger, est opportun et d’une importance particulière en partant du contexte géopolitique actuel et surtout au regard de la place internationale de l’Algérie qui demeure un pays « souverain dans sa décision », une spécificité que donnera incontestablement du poids aux résolutions du sommet.

C’est au cours d’une conférence-débat sur « Le poids de l’énergie dans des relations internationales », organisée, dimanche, au siège du ministère de la Communication, en présence du ministre du secteur, Mohamed Laâgab et de plusieurs cadres supérieurs, dans le cadre des rencontres médiatiques en prévision du Sommet (29 février-2 mars), Assef Molhem  a précisé que l’Algérie « est un Etat jouissant d’un grand respect au niveau international, souverain dans sa décision et aux positions courageuses sans diktat de l’étranger, ce qui conférera au Forum une importance particulière ».

Le conférencier dira en outre  que le sommet du GECF sera une opportunité précieuse pour promouvoir le dialogue et la concertation entre les pays membres afin de garantir la stabilité des prix du gaz dans le monde.

Abordant « l’importance majeure » du gaz naturel actuellement et dans l’avenir en matière de sécurité et de transition énergétiques, l’expert qui supervise un centre d’études politiques à Moscou (JSM) a affirmé que l’Algérie « dispose d’une grande expérience dans le domaine de l’industrie gazière et figure parmi les principaux exportateurs de cette ressource, étant proche du continent européen, ce qui facilite les opérations logistiques en matière d’exportation ».

Assef Molhem a estimé qu’il se pourrait que  « lors de ce sommet nous assisterons à la naissance d’ une organisation de pays exportateurs de gaz à l’instar de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et ce à même de garantir la stabilité des prix du gaz et d’atténuer les problèmes que connait le marché du gaz en proposant des solutions ».

Sur un autre registre Assef Molhem a estimé qu’il n’existe aucune rivalité algéro-russe autour des parts du marché de gaz sur le marché européen, comme l’ont relayé certains médias notamment occidentaux, affirmant d’autre part que la meilleure option pour le gazoduc Nigéria- Europe reste à travers son tracé qui passera par l’Algérie. « L’Algérie peut s’ériger en trait d’union entre le gaz nigérian et l’Europe », dira-t-il.

Quant au ministre de la Communication, Mohamed Laagab, il a mis l’accent sur l’importance des initiatives lancées par le ministère en matière de formation des journalistes, notamment en prévision du sommet du GECF, faisant savoir qu’un nombre d’experts arabes animeront, cette semaine à Alger, des conférences sur les enjeux de l’énergie dans le monde, plus particulièrement l’industrie du gaz.

M.H.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer