A la uneEnergie

7 entreprises américaines attirées par le secteur énergétique algérien

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a reçu ce mardi au siège du ministère, une délégation d’hommes d’affaires américains, conduite par les présidents du «Conseil d’affaires algéro-américain », Ismail Chikhoun et David Welham.

Des représentants de 7 des plus grandes sociétés énergétiques américaines ont participé à la réunion qui a passé en revue les opportunités disponibles d’investissement dans le secteur énergétique algérien, conduite par Exxon Mobil, Chevron, Hecate Energy et ARC Energy, NESR, REASOL, Philippe Group Mining et d’autres.

La rencontre a porté sur les relations de coopération entre les entreprises algériennes et américaines dans les domaines de l’énergie et des mines, ainsi que des perspectives de leur renforcement, les deux parties ayant réitéré leur volonté d’intensifier la coopération en étudiant toutes les opportunités disponibles dans les domaines de l’énergie et des mines.

Arkab a souligné, à cette occasion, l’importance de la coopération et du partenariat stratégique liant les entreprises algériennes et américaines dans le domaine du pétrole et du gaz, et a présenté la stratégie de développement du secteur énergétique algérien basée sur l’envoi d’investissements, dans le but d’augmenter la production pétrolière et gazière.

Le ministre de l’Energie a présenté les importantes opportunités d’investissement et de partenariat offertes par le secteur, notamment dans le domaine de l’exploration, du développement et de l’exploitation des hydrocarbures , ainsi que dans le domaine de la pétrochimie, de la numérisation, des solutions technologiques, de la réduction des émissions et de la réduction de l’empreinte carbone.

Arkab a exprimé son désir de voir naître des partenariats mutuellement bénéfiques et de bénéficier des avantages offerts par la nouvelle loi sur les hydrocarbures, soulignant la détermination de l’Algérie à accompagner et à fournir toutes les facilités aux partenaires dans toutes les étapes de mise en œuvre de ces investissements.

Les deux parties ont souligné le grand potentiel de coopération et les opportunités d’investissement qui existent dans le domaine du développement des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert en Algérie , ainsi que le programme national de dessalement de l’eau de mer à court et moyen terme et l’industrie locale des équipements dans ce domaine.

L’Algérie ambitionne de produire et d’exporter entre 30 et 40 milliards de kilowattheures (jusqu’à un million de tonnes une fois converti en hydrogène), sous forme d’hydrogène gazeux et liquide et ses dérivés.

Le gouvernement algérien a un plan qui vise à produire environ 15 gigawatts d’énergie renouvelable d’ici 2035, en s’appuyant sur l’énergie photovoltaïque, l’énergie solaire thermique et l’énergie éolienne, en plus de la cogénération, de la biomasse et de l’énergie géothermique.

M.H.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer