A la uneMonde

L’OMT s’attend à une reprise totale du tourisme mondial en 2024

Le tourisme mondial a rebondi en 2023, trois ans après la pandémie du virus Covid- 19, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui s’attend à une croissance sans précédent du secteur en 2024 malgré les tensions internationales, notamment au Moyen-Orient.

L’organisation des Nations Unies basée à Madrid a déclaré : « 1,3 milliard de touristes ont voyagé à l’étranger l’année dernière, contre environ 900 millions en 2022 et 450 millions en 2021 ».

Le nombre de touristes l’année dernière représentait 88 % de leur nombre d’avant la pandémie de « Covid-19 » en 2019, selon un communiqué de l’ONU. En 2019, 1,46 milliard de touristes ont voyagé dans le monde, ce qui représente un nombre sans précédent. , selon l’Organisation mondiale du tourisme.

La reprise en 2023 a été tirée par une forte dynamique au Moyen-Orient, où le nombre de touristes arrivant dans cette région a dépassé de 22 % son niveau de 2019, ainsi que dans les Amériques et en Europe, première destination touristique au monde.

La reprise du tourisme a toutefois été plus faible en Asie, après que le nombre de touristes internationaux a atteint 65 % de sa proportion en 2019, malgré la levée des restrictions sanitaires il y a un an en Chine, après trois ans de politique du « zéro Covid ».

Les revenus du tourisme international se sont élevés à 1,4 billion de dollars l’année dernière.

Selon une estimation préliminaire de l’organisation, les revenus du tourisme international se sont élevés à 1 400 milliards de dollars l’année dernière, et la contribution économique du tourisme, y compris le trafic aérien, a atteint environ 3 % du produit brut mondial.

Cette reprise devrait se poursuivre au cours des prochains mois. Dans ses premières estimations pour 2024, l’organisation estimait que le niveau d’activité serait supérieur de 2% à celui de 2019, enregistrant un nouveau record.

Selon l’organisation, l’activité de ce secteur bénéficiera notamment de l’augmentation du tourisme en Chine grâce à l’assouplissement des restrictions au sein du système de visa pour plusieurs pays, dont la France, l’Allemagne et l’Italie, en plus de faciliter les voyages des Chinois vers d’autres pays du monde.

Les Chinois constituaient le plus grand nombre de touristes au monde avant l’épidémie, après que 154 millions de Chinois qui ont visité d’autres pays, et ils étaient également les plus gros dépensiers, puisqu’ils ont dépensé 255 milliards de dollars en 2019, soit l’équivalent de 17 % des dépenses touristiques mondiales.

On s’attend à ce que la reprise du tourisme chinois profite particulièrement à la France, première destination touristique au monde. Cet été, la France accueillera les Jeux Olympiques et commémorera également le 80e anniversaire des opérations de débarquement en juin 2024.

L’Espagne devrait également bénéficier de la reprise de l’activité touristique chinoise, car c’est le deuxième pays le plus attractif pour les touristes au monde et a été visité par 84 millions de touristes l’année dernière, un nombre sans précédent, selon le gouvernement.

Toutefois, l’Organisation mondiale du tourisme a indiqué que ces attentes sont affectées par « l’évolution des risques économiques et géopolitiques », notamment au Moyen-Orient, car le tourisme devrait subir les conséquences du conflit entre Israël et le mouvement « Hamas » ainsi que la guerre russo-ukrainienne.

Le tourisme peut être affecté par des problèmes économiques tels que « l’inflation continue, les taux d’intérêt élevés et la fluctuation des prix du pétrole », qui pourraient continuer à affecter les coûts de transport et d’hébergement au cours de l’année en cours.

L’organisation des Nations Unies conclut que cet ensemble de facteurs peut pousser les touristes « à voyager vers des endroits proches de leur pays », notamment pour des raisons économiques.

M.H.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer