A la uneMonde

L’Afrique a besoin de 100 milliards de dollars par an pour passer aux énergies renouvelables

Les investissements de l’Afrique subsaharienne dans les énergies renouvelables doivent être multipliés par cinq pour respecter l’engagement d’augmenter la capacité mondiale à 11 500 gigawatts d’énergie propre d’ici 2030, selon une nouvelle étude.

Lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP28), les gouvernements ont convenu de tripler les installations mondiales d’énergies renouvelables d’ici 2030 afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

L’Afrique subsaharienne devra augmenter ses investissements de 20 milliards de dollars en 2023 à 100 milliards de dollars par an d’ici 2030 pour contribuer à la réalisation de cet objectif, selon le « Climate Analytics Institute ». L’étude s’appuie sur l’accord COP28 en proposant des normes régionales et en calculant le montant du financement requis.

L’étude montre que cela est à comparer aux besoins mondiaux de deux mille milliards de dollars par an entre 2024 et 2030.

« Sans une augmentation urgente et rapide du financement pour soutenir le déploiement des sources d’énergie renouvelables en Afrique, des millions de personnes seront privées des avantages de la révolution des énergies renouvelables – un air plus pur, une énergie moins chère et une sécurité renforcée », a déclaré l’institut basé à Berlin. « Energie. Il nous reste encore beaucoup à faire pour mobiliser les sources d’énergie renouvelables et étendre les réseaux dans les pays les moins riches », indique le rapport publié mardi.

L’Afrique subsaharienne est la région du monde où l’accès à l’électricité est le plus limité. Plus de la moitié de sa population a besoin d’avoir accès aux sources d’énergie, car la demande énergétique devrait doubler au cours de la prochaine décennie.

Cela représente une opportunité pour accélérer la transition énergétique, selon l’étude. Dans ce scénario, l’Afrique devrait augmenter sa capacité d’énergie renouvelable à 300 GW d’ici 2030 et éliminer progressivement seulement environ 60 GW de capacité de combustibles fossiles d’ici 2040. En revanche, l’Europe devrait éliminer progressivement 1 500 GW d’énergie polluante d’ici 2035.

M.H. / Agences

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer